Peintures dessins photos








Accueil

Cimaises

Atelier

Photos

Virages


Contact

arp



Winston devant Athina

Revenu à la peinture depuis 20 ans maintenant,
j'allie mon expérience de communicateur à l'animation,
à la diffusion des arts visuels et l'événement
L'Art pour l'Art de la Société St-Vincent de Paul
se veut une illustration de cet engagement.
Soyez nombreux à appuyer cette initiative où
ma consœur Yolande Brouillard rend la vie
plus facile à de nombreux jeunes en difficulté
et à risque de décrochage.
www.ssvp-mtl.org


Fort d’une brillante carrière dans le secteur des communications et des
médias, Winston McQuade a renoué avec la passion qui l’habitait alors qu’il
était à l’École des Beaux-Arts de Québec.

Cette fois, tout en demeurant à l’intérieur d’une démarche illustrant le côté
industriel de la ville, il propose ses divagations abstraites sur une surface
rarement exploitée, c’est-à-dire des palettes commerciales en carton rigide
de 8 cm d’épaisseur. De l’Action Painting déjanté et provoquant.

Rregardez la vidéo :



On peut également voir cette vidéo sur Youtube
ici


PARTI DE L'ÎLE


Tout a commencé quand je suis venu au monde. Il y avait du vert partout,
c'était sur une grande île et la terre était noire.

Tous les éléments de ma vie en devenir étaient en place.

Quelques années plus tard, après avoir longtemps fait le mauvais garçon,
je me suis retrouvé devant l'escalier en demi-lune de l'École des Beaux-
Arts de Québec où j'ai éparpillé 4 ou 5 ans de mon adolescence attardée.

J'ai joué des couleurs, des formes, de papiers, de terre. Je m'y suis fait
des amis et j'y ai rencontré des profs hyper-sympatiques… sauf quelques-
uns. Sorti de l'école, j'ai fait de la radio et de la télé oubliant de dessiner,
de sculpter, occupé que j'étais à avoir des enfants (beaucoup) et à les
faire grandir (pas tout seul, évidemment).

À la mi-temps de mon tour de piste sur notre petite boule bleue, l'envie
m'est revenue, accompagnée d'une simple question : « Qu'est-ce que ça
aurait donné si… ? » Eh bien voilà, je m'y suis remis de plus en plus
sérieusement, en logeant à nouveau mon exploration intempestive sur la
toile, le papier, la sanguine, la couleur et la terre.

Et hop à l'Espace Go et la Cinquième Salle de la Place des Arts pour une
saucette en solo il y a vingt ans déjà.

Comme, et depuis toujours, quarante-trois projets s'échafaudaient dans
ma tête, les formes se ballotaient comme autant de constructions
spatiales se croisant et s'entrechoquant, laissant s'échapper moultes
parcelles de couleurs.

Puis, un bon soir d'été… assis sur un balcon
avec des amis venus de l'étranger, mes yeux se sont posés
sur ce qui pour moi était une œuvre de fonderie… un trou d'homme.

Le retour à la création venait de se mettre en place définitivement.

W. MQ.


rachel

Durant les années 60, alors que le Québec vivait une période incomparable d'effervescence,
Winston McQuade étudiait à l'École des Beaux-Arts de Québec où le besoin d'exprimer notre
contemporanéïté fertilisait toutes les pulsions créatrices.  Cette étape du cheminement de
l'artiste a été marquée par deux expos solo : la première à la Galerie Zannetin,
la seconde à la Chant'Auteuil, toutes deux dans la vieille capitale.
Winston s'engagea ensuite dans un vaste détour radio-canadien,
animant des émissions-phares telles que L'Heure de pointe, Les Belles Heures, Radar,
Juré craché pour n'en nommer que quelques-unes.  Mais en marge de cette respectable
carrière, il poursuivait ses recherches en arts visuels et, au cours des années 90,
fréquentait divers ateliers dont un en dessin de modèle vivant,
un autre en scuplture, un autre en modelage…
Entre 1993 et 1995, l'Espace Go, la Galerie VanGogh et la 5e Salle de la
Place des Arts l'ont tour à tour invité à tenir en leurs murs une expo solo.
Depuis, il a régulièrement participé à des expositions de groupe.
Avec Trou d'homme / Manhole etc. l'artiste originaire de l'Île d'Orléans
marque son parcours de vie, d'homme et de créateur, d'une pierre blanche
Winston McQuade est membre du
Regroupement des artistes en art visuel.

raav

fdart

Olympique
La bannière de la honte, W. McQuade et Michel Jarry

suite


trait


*



trait